La géothermie avec le réseau Exhaure

VOIR PROGRAMME : Visite de site: réseau de géothermie d’exhaure – La Presqu’île – 31/01/18 de 12H à 14h (Tout Public), 01/01/18 de 14h à 16h (Public initié) – Inscription requise

 

Située entre le Drac et l’Isère, la Presqu’île bénéficie de la présence dans son sous-sol d’une nappe phréatique abondante. La Ville de Grenoble a ainsi choisi, pour les nouvelles constructions de logements, de bureaux, de commerces et d’équipements publics, de recourir à un dispositif de géothermie sur nappe avec rejets mutualisés dans un réseau d’exhaure dans l’Isère.

Chaque bâtiment se dote d’un forage permettant d’extraire l’eau de la nappe phréatique située à environ 4 à 5 mètres de la surface du sol. L’eau ainsi extraite constitue la ressource énergétique principale à partir de laquelle sont produits le chauffage, l’eau chaude sanitaire et le rafraîchissement selon les besoins des bâtiments. Après sa valorisation par une pompe à chaleur, l’eau est rejetée à l’Isère dans son état naturel à une température légèrement modifiée (entre -4°C et +2°C) via un canal commun : le réseau d’exhaure.

Pourquoi une solution géothermique avec réseau d’exhaure ?

Pour réduire des émissions des gaz à effet de serre (GES) et limiter le recours aux énergies fossiles.
Pour appliquer le concept négaWatt se déclinant par ordre de priorité par la sobriété, puis l’efficacité pour in fine faire appel aux énergies renouvelables (EnR)
Pour construire au-delà des performances imposées par la Réglementation Thermique : jusqu’à RT2012 – 30% avec une approche bioclimatique des bâtiments et une efficience des systèmes
Pour atteindre une production énergétique au moins 5 fois supérieure à celle consommée pour la produire (une prévision de coefficient de performance, COP, des installations de production thermique par pompe à chaleur supérieur à 5)

Le principe de fonctionnement

Une Pompe à Chaleur (PAC) sur nappe par bâtiment pour le chauffage et l’Eau Chaude Sanitaire

Un rafraîchissement passif par usage direct de l’eau de nappe sans recours à la PAC (mode FreeCooling) avec simplet individuel par bâtiment

Un réseau d’exhaure commun vers l’Isère (rejets mutualisés, pas de réinjection dans la nappe)

Les coûts et l’entretien du réseau exhaure

Le réseau d’exhaure permet le rejet mutualisé des eaux de nappe directement dans l’Isère. Il est commun à l’ensemble des constructions. Les travaux du réseau sont réalisés par l’aménageur et facturés aux constructeurs.
L’entretien et la maintenance du réseau d’exhaure sont assurés par Grenoble-Alpes Métropole «La Métro» moyennant une participation financière annuelle.
Montant des travaux du réseau : 4,5 M€
Participation des propriétaires à l’entretien : environ 30 € / an par logement

Le suivi de la nappe phréatique

Pour s’assurer du bon fonctionnement, 19 piézomètres et 3 enregistreurs sont installés.
Ils contrôlent en permanence les niveaux de volumes et de températures de la nappe phréatique et du rejet à l’Isère.
L’impact du réseau d’exhaure sur l’Isère est très faible quant aux volumes et aux débits engendrés (débit de l’Isère de 250 à 10 000 fois plus élevé) et aux écarts de température (rejets limités à 18,5°C).
Le caractère écologique et durable de ce dispositif a permis d’obtenir l’autorisation par les autorités environnementales de son exploitation à l’échelle de l’ensemble de la Presqu’île.

Les chiffres clés

70 forages géothermiques et 1 réseau d’exhaure mutualisé
19 piézomètres et 3 enregistreurs de suivi de la nappe et du rejet à l’Isère
Une température de la nappe stable à 10 m de profondeur de 14°C en hiver et 15 à 16 °C en été
Une production à terme d’env 12.000 MWh EP/an (chauffage et eau chaude sanitaire) EP = Energie Primaire
Une consommation énergétique divisée par 5 (COP de 5)
Un coût estimatif annuel (chauffage, eau chaude et rafraîchissement) : de l’ordre de 300 € / an pour un logement moyen de 65 m²
Environ 310.000 m² de surface de plancher concerné à terme dont 2.000 logements (500 déjà réalisés) et une école de 16 classes livrée début 2018.